Destination :

- Retour à l'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Présentation
  • 10/2011
  • GA 003
  • ***

Les Arbailles

 

Le massif des Arbailles s'étend principalement sur les communes actuelles d'Aussurucq, Béhorléguy, Camou-Cihigue, Hosta, Musculdy, Ordiarp, Saint-Just-Ibarre. Leurs bourgs sont établis en périphérie de la partie centrale et montagneuse du massif.

Le massif des Arbailles se situe entre Basse-Navarre et Pays de Soule, au cœur du Pays basque, au nord-ouest du Karst de la Pierre-Saint-Martin.

C’est un massif de moyenne montagne dominé par quelques pics (Zabozé, Béhorléguy, Belchou, pic des Vautours, etc.) dépassant rarement 1 200 mètres d'altitude, le point culminant étant à 1 286 mètres. L’altitude moyenne se situe autour de 800 mètres.

Les principaux points culminants sont Ihatia dans la forêt des Arbailles (1 286 m), Hauzkoa (1 268 m), pic de Béhorléguy (1 265 m), Bohorcortia (1 214 m), pic Etchecortia (1 206 m), pic de Zabozé (1 178 m), Belchou (1 129 m), Belhygagne ou pic des Vautours (1 072 m).

Géologie

L’une des originalités géologiques des Arbailles réside dans le fait qu’on y trouve toutes les formes de relief qui caractérisent un karst sur une zone très réduite.

D’ouest en est, lorsqu’on traverse le massif par la seule route existante, on découvre dans un premier temps une vaste zone de pâturages (sur des sols marneux) au relief doux et festonné, avant de s’enfoncer dans une magnifique forêt criblée de dolines parfois gigantesques, le plus souvent profondes et escarpées. C’est le karst central, difficilement pénétrable, avec de vastes lapiaz couverts, des effondrements au bords effilés et un immense poljé surprenant et suspendu au-dessus de la reculée de la Bidouze dont les sources résurgent 100 mètres plus bas aux pieds des falaises blanches.

Exploré par les spéléologues à partir des années 50, les prospections et les études scientifiques ont permis de recenser un millier de cavités sur l’ensemble du massif, une dizaine de rivières souterraines, de grands gouffres et de nombreuses grottes dont certaines recèlent des trésors archéologiques. Le massif, toujours en cours d’exploration, a donné de belles découvertes, avec plusieurs réseaux dépassant 5 km de développement (le réseau Nébélé dépasse les 20 km), et des gouffres profonds (le gouffre d'Aphanicé possède le plus grand puits de France : 328 m ; voir la liste des plus grands puits naturels), mais il reste encore beaucoup à découvrir pour en comprendre la morphologie et l’évolution très complexes.

Au début du siècle E-A Martel avait parcouru les Arbailles et exploré plusieurs cavités. On lui doit notamment la découverte de la « Petite Bidouze » (une classique des Pyrénées) et du gouffre de Landanoby (ou TH 2).

 

Extrait : http://fr.wikipedia.org/wiki/Massif_des_Arbailles

 

Occasion

Camp spéléo avec le Club SCHV de Limoges.

 

 

 

 

 

 

Camp spéléo 10/2011

 

 

Le diaporama va s'afficher.

 

 

 

GA 003

 

 

Le diaporama va s'afficher.

Première exploration de la suite du réseau après désobstruction d'un méandre.

 

 

***

Cliquer sur l'onglet désiré et l'image dedans pour obtenir un diaporama.

A venir.